Programmes et services A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

À propos des TSAF

Renseignements généraux à propos des TSAF et de leurs effets.

Troubles du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) est un terme général pour décrire les effets de l’exposition prénatale à l’alcool. Ces effets peuvent comprendre des difficultés d’apprentissage ainsi que des troubles d’ordre physique, mental et comportemental.

Bon nombre des personnes atteintes ne sont pas visiblement différentes des autres. Tout dépendant de l’ampleur et du moment de l’exposition à l’alcool, une minorité de nourrissons peut présenter certaines caractéristiques faciales et un retard de croissance, mais ces effets sont plutôt rares et ont peu de répercussions sur le fonctionnement quotidien.

L’exposition à l’alcool pendant la grossesse entraîne de profonds changements dans le cerveau en développement. Parfois, on ne remarque ces changements que lorsque l’enfant commence à éprouver des problèmes à l’école ou à la maison. Il peut s’agir de difficulté à communiquer ou à rester attentif, de perturbation des fonctions motrices et sensorielles, de troubles de mémoire ou de difficulté à tirer des leçons des conséquences de ses actes. En grandissant, les personnes atteintes de TSAF présentent aussi un risque plus élevé de souffrir de dépression, d’anxiété et d’autres troubles de santé mentale.

Les dommages cérébraux permanents sont sans contredit la conséquence la plus grave et la plus fréquente de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Le choix le plus sûr pour la femme enceinte ou qui compte le devenir, c’est de ne pas boire d’alcool du tout.

Certaines personnes croient à tort que les TSAF sont associés à certains groupes sociaux, ethniques ou culturels. La majorité des Canadiennes boivent de l’alcool. Lors de l’Enquête sur les toxicomanies au Canada (2004), 76,8 % des femmes de plus de 15 ans ont indiqué avoir consommé de l’alcool au cours de l’année précédente. Or, environ la moitié des grossesses ne sont pas planifiées. C’est chez les femmes de 15 à 19 ans qu’on retrouve les taux de grossesses non planifiées les plus élevés, un groupe d’âge qui est également plus porté à consommer de l’alcool de façon excessive.

Il n’y a actuellement pas de données statistiques confirmées quant au nombre de personnes atteintes au Canada, mais les TSAF sont considérés comme la cause la plus courante de troubles du développement dans le monde occidental.

Contrairement à la plupart des autres anomalies congénitales, les TSAF ne sont pas faciles à diagnostiquer. Les signes médicaux sont difficilement détectables chez les nouveau-nés, les nourrissons et les jeunes enfants. Le diagnostic peut être tardif, voire complètement erroné, car la plupart des dommages causés par la consommation d’alcool pendant la grossesse ne sont décelés que lorsque des problèmes surviennent. Bien des familles hésitent à obtenir une confirmation de diagnostic en raison de la stigmatisation associée à la dépendance.

Puisque l’alcool affecte le développement du cerveau de différentes façons, les problèmes éprouvés varient d’une personne à l’autre. Voici quelques-uns des problèmes les plus courants :

  • Capacité limitée de juger, de planifier, de reporter la satisfaction d’un besoin, de s’organiser et de comprendre les conséquences de ses actes; 
  • impulsivité et trouble de mémoire;
  • tendance à être très volubile, mais avec une capacité de compréhension limitée; 
  • manque de coordination et d’équilibre;
  • sensibilité au toucher, à la chaleur et à la lumière.

Si ces problèmes ne sont pas bien compris et pris en charge, les personnes atteintes de TSAF courent un risque plus élevé d’échec scolaire pendant les premières années d’études, de démêlés avec la justice, d’éclatement familial et d’itinérance.

Nos connaissances des TSAF s’approfondissent et évoluent rapidement. Nous commençons à saisir l’étendue des répercussions de cette incapacité permanente. La recherche et les réponses qu’elle peut apporter sont cruciales pour faire avancer les choses, changer notre perception de cette affection qui touche le cerveau et atténuer ses répercussions sur les personnes, les familles et la société.

Pour en savoir plus : Renseignements généraux sur les TSAF, feuillet d'information (site Web du réseau canadien de recherche sur les TSAF, en anglais)

Feedback

Leave this empty: